Depuis 20 ans, les budgets de la santé ont augmenté en moyenne de 3% par an. Or les inégalités de soin et les tensions parmi le personnel soignant persistent. 


La crise de la Covid a ravivé le débat sur le financement des soins de santé. Dans ce débat :

  • il n’a pas été rare d’entendre que les budgets avaient été coupés
  • de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer davantage de moyens.

ÉVOLUTION EN BELGIQUE

Les chiffres montrent que les budgets ne cessent de progresser depuis 20 ans, avec près de +3%/an en moyenne. Ces dernières années – à une exception près -, il n’y a pas eu de diminution globale mais une augmentation plus lente : la norme de croissance à 1,5% du gouvernement Michel.

La couverture des besoins à politique constante est estimée à 2,5% de croissance, chiffre retenu dans la déclaration gouvernementale du nouveau gouvernement De Croo.

Croissance annuelle des dépenses de santé en % du PNB

Graphe de l’Echo du 27/3/2020

COMPARAISON INTERNATIONALE

Cette évolution se situe dans la tendance de nos pays voisins. Notre niveau de dépense est supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE, comme d’Europe.

Évolution des dépenses de santé en % du PNB

Source OCDE

QUALITÉ & ÉQUITÉ DES SOINS

Sur la même période de 20 ans, l’espérance de vie moyenne à la naissance est passée de 77,79 à 81,83 ans (source Statbel ). Même si elle n’est pas le seul facteur, la qualité des soins compte dans cette évolution.

Toutefois, cette évolution globalement positive n’empêche pas :

  • une performance médiocre de notre système de santé sur de très nombreux indicateurs (voir le KCE REPORT 313B du 25/4/19, accessible en ligne
  • une dégradation significative de la santé mentale de la population (voir l’enquête 2018 de Siensano, dans son rapport de janvier 2020 accessible en ligne
  • des inégalités particulières, comme par exemple une diminution de l’espérance de vie en bonne santé pour les femmes d’un niveau éducationnel faible, qui a reculé entre 2001 et 2011, quand celle des hommes d’un niveau éducationnel élevé a augmenté de plus de 4 ans (voir l’analyse de Philippe Defeyt accessible en ligne)

INTERROGATION CRITIQUE

On peut interroger la pertinence d’une approche du financement de la santé crispé sur la croissance, pour au moins deux autres raisons :

  • la croissance passée (les +3% sur 20 ans > 2,5%) n’ont pas empêché le monde médical de s’enfoncer dans une série de problèmes, à commencer par la douleur des personnels
  • Des expériences étrangères montrent qu’on peut faire mieux, pour moins cher, avec l’exigence d’un accès pour tous : en centrant les soins sur les patients et leur environnement plutôt qu’en partant des contraintes institutionnelles, et en faisant confiance à la gestion décentralisée et participative. Les exemples du centre hospitalier public de Valencienne et des soins à domicile hollandais Buurtzorg sont éloquents. Nos maisons médicales montrent que l’on peut faire mieux au même coût pour le système (audit KPMG de 2018 à télécharger sur le site de la fédération des MM).

Cette interrogation est d’autant plus nécessaire que, contrairement à ce qui est souvent affirmé, la croissance du financement a été « largement dû[e] aux progrès technologiques médicaux, alors que le vieillissement n’a qu’un effet limité sur les dépenses. » (rapport du Bureau du Plan (n°11700 -PROMES , en ligne page 11). 

Autrement dit, l’argent public supplémentaire va pour l’essentiel dans les machines et les médicaments. Or, le besoin d’amortissement des machines peut entrainer l’effet pervers d’usages discutables, et la part congrue des génériques dans notre pays signifie un financement non négligeable de l’industrie pharmaceutique (voir les chiffres d’Efpia, la fédération européenne de l’industrie pharmaceutique, en ligne).

E-ssais Logo PNG

Interroger le monde

Le monde, ici, maintenant, à l’horizon de demain et ailleurs. Événements, faits, chiffres : essayer de les regarder pour voir, situer, peser, comprendre, imaginer.

TOUJOURS PLUS ?

Depuis 20 ans, les budgets de la santé ont augmenté en moyenne de 3% par an. Or les inégalités de soin et les tensions parmi le personnel soignant persistent. 

30 Nov 2020

La crise de la Covid a ravivé le débat sur le financement des soins de santé. Dans ce débat :

  • il n’a pas été rare d’entendre que les budgets avaient été coupés
  • de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer davantage de moyens.

ÉVOLUTION EN BELGIQUE

Les chiffres montrent que les budgets ne cessent de progresser depuis 20 ans, avec près de +3%/an en moyenne. Ces dernières années – à une exception près -, il n’y a pas eu de diminution globale mais une augmentation plus lente : la norme de croissance à 1,5% du gouvernement Michel.

La couverture des besoins à politique constante est estimée à 2,5% de croissance, chiffre retenu dans la déclaration gouvernementale du nouveau gouvernement De Croo.

Graphe de l’Echo du 27/3/2020

Je partage

COMPARAISON INTERNATIONALE

Cette évolution se situe dans la tendance de nos pays voisins. Notre niveau de dépense est supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE, comme d’Europe.

Source OCDE

QUALITÉ & ÉQUITÉ DES SOINS

Sur la même période de 20 ans, l’espérance de vie moyenne à la naissance est passée de 77,79 à 81,83 ans (source Statbel ). Même si elle n’est pas le seul facteur, la qualité des soins compte dans cette évolution.

Toutefois, cette évolution globalement positive n’empêche pas :

  • une performance médiocre de notre système de santé sur de très nombreux indicateurs (voir le KCE REPORT 313B du 25/4/19, accessible en ligne
  • une dégradation significative de la santé mentale de la population (voir l’enquête 2018 de Siensano, dans son rapport de janvier 2020 accessible en ligne
  • des inégalités particulières, comme par exemple une diminution de l’espérance de vie en bonne santé pour les femmes d’un niveau éducationnel faible, qui a reculé entre 2001 et 2011, quand celle des hommes d’un niveau éducationnel élevé a augmenté de plus de 4 ans (voir l’analyse de Philippe Defeyt accessible en ligne)

Je découvre

Impasse ou combat

Interroger le monde Le monde, ici, maintenant, à l’horizon de demain et ailleurs. Événements, faits, chiffres : essayer de les regarder pour voir, situer, peser,

Lire la suite »

Le cousin Perec

Chercher des perles La pensée est un voyage, une exploration. Elle passe par les autres, leurs idées et leurs projets : autant de perles à

Lire la suite »

AGIR PAR TEMPS DÉSESPÉRANT

Explorer une voie Par où passer pour vivre avec  sagesse ? Cherchons dans les mots, ceux qui définissent des notions,  qui racontent des histoires,  ceux d’occident  et d’orient. L’action

Lire la suite »

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

INTERROGATION CRITIQUE

On peut interroger la pertinence d’une approche du financement de la santé crispé sur la croissance, pour au moins deux autres raisons :

  • la croissance passée (les +3% sur 20 ans > 2,5%) n’ont pas empêché le monde médical de s’enfoncer dans une série de problèmes, à commencer par la douleur des personnels
  • Des expériences étrangères montrent qu’on peut faire mieux, pour moins cher, avec l’exigence d’un accès pour tous : en centrant les soins sur les patients et leur environnement plutôt qu’en partant des contraintes institutionnelles, et en faisant confiance à la gestion décentralisée et participative. Les exemples du centre hospitalier public de Valencienne et des soins à domicile hollandais Buurtzorg sont éloquents. Nos maisons médicales montrent que l’on peut faire mieux au même coût pour le système (audit KPMG de 2018 à télécharger sur le site de la fédération des MM).

Cette interrogation est d’autant plus nécessaire que, contrairement à ce qui est souvent affirmé, la croissance du financement a été « largement dû[e] aux progrès technologiques médicaux, alors que le vieillissement n’a qu’un effet limité sur les dépenses. » (rapport du Bureau du Plan (n°11700 -PROMES , en ligne page 11). 

Autrement dit, l’argent public supplémentaire va pour l’essentiel dans les machines et les médicaments. Or, le besoin d’amortissement des machines peut entrainer l’effet pervers d’usages discutables, et la part congrue des génériques dans notre pays signifie un financement non négligeable de l’industrie pharmaceutique (voir les chiffres d’Efpia, la fédération européenne de l’industrie pharmaceutique, en ligne).

Je partage

Je découvre

Impasse ou combat

Interroger le monde Le monde, ici, maintenant, à l’horizon de demain et ailleurs. Événements, faits, chiffres : essayer de les regarder pour voir, situer, peser,

Lire la suite »

Le cousin Perec

Chercher des perles La pensée est un voyage, une exploration. Elle passe par les autres, leurs idées et leurs projets : autant de perles à

Lire la suite »

AGIR PAR TEMPS DÉSESPÉRANT

Explorer une voie Par où passer pour vivre avec  sagesse ? Cherchons dans les mots, ceux qui définissent des notions,  qui racontent des histoires,  ceux d’occident  et d’orient. L’action

Lire la suite »

Encore !

Et si j’ai un désir torride, fulgurant et irrépressible d’être tenu au courant des nouvelles publications ?

Exercices de philosophie populaire

Site conçu et réalisé  par Juliane Van Cauter